fbpx

Si vivre de ses loyers ressemble à un mythe pour certains, c’est un rêve accessible pour d’autres. Entre les “trop terre à terre” et les doux rêveurs, il y a ceux qui passent à l’action et se donnent les moyens de prendre les commandes de leur vie future. Si vous partagez cette vision, voyons ensemble comment devenir un investisseur efficace en location meublée.

Comment vivre de ses loyers

1- Déterminer ses besoins pour savoir comment vivre de ses loyers

Pour atteindre un objectif, il faut pouvoir le mesurer pour ensuite le décomposer en étapes. Pour commencer, il faut sortir votre calculette et préciser ce que l’on entend par “vivre de ses loyers”.

Car pour certains, cette expression peut représenter la capacité à :

  • disposer d’une somme d’argent tous les mois pour un quotidien serein, proche de celle que vous fournit votre vie actuelle ;
  • continuer à se constituer une épargne pour ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier ;
  • garder une épargne de précaution pour faire face aux imprévus sur votre activité de bailleur immobilier…

Mais vivre de vos placements dans l’immobilier peut aussi signifier pour vous, disposer de revenus locatifs suffisants pour passer du temps sur la plage à siroter des cocktails les doigts de pieds en éventail…Pour cette définition, vous n’êtes pas au bon endroit. Le mythe du rentier oisif, ce n’est pas moi qui vais vous le vendre. 

Il n’y a pas de formule magique pour vivre de ses loyers. Plutôt de la ténacité, de l’engagement et votre capacité à trouver les bonnes informations pour éviter les erreurs et gagner du temps. En respectant les étapes, en retenant les bonnes approches et en se préparant, en devenant un entrepreneur du locatif, vos revenus de location peuvent vous permettre de disposer de votre temps librement et d’être le seul maître à bord pour décider de votre futur. Pour vous montrer ce chemin-là, je suis votre homme.

Vivre de ses loyers, tel que l’on va en parler ici, c’est déterminer la somme que vous devez recevoir tous les mois pour couvrir vos besoins normaux. Est-ce le salaire médian de 1 800 € ? Ou plutôt 2 500 € ou 3 000 € ? Bien sûr, c’est une définition très personnelle. Elle va sans doute dépendre de votre niveau de vie, de la taille de votre famille… et du travail que vous êtes prêt à fournir pour la mise en place de tout votre écosystème qui vous rémunèrera par la suite.

Gardez cependant à l’esprit qu’un objectif utile est d’abord un objectif atteignable. Partez plutôt sur un objectif raisonnable. Vous pourrez toujours le faire évoluer au cours de vos acquisitions. Il vous sera plus facile ainsi de garder votre motivation sans griller les étapes pour devenir rentier immobilier.

2- Savoir évaluer le cash flow qui permet de vivre de ses loyers

Une fois que vous avez déterminé votre revenu cible, vous pourrez mieux visualiser votre objectif. Le cash flow généré par chacun de vos biens loués va constituer une pièce de ce puzzle. Car oui, il vous faudra plusieurs acquisitions et plusieurs mois, souvent plusieurs années pour générer les cash flows qui vous permettront d’atteindre votre objectif d’indépendance financière.

Le principe de base, c’est de tout mettre en œuvre pour que chacun de vos biens loués dégage un cash flow. C’est une condition indispensable pour pouvoir continuer à investir. Sinon votre élan sera vite freiné par votre taux d’endettement et les banques ou les courtiers ne vous suivront plus.

Savoir évaluer votre cash flow vous permet de mieux cibler vos biens et votre budget pour un investissement locatif. Je vous explique comment dans cette vidéo, je pars du montant de cash flow pour déterminer la taille de mes investissements.

Bien évidemment, savoir le calculer et prendre en compte toutes ces variables fait partie des premiers apprentissages d’un investisseur en meublé performant. Gérer l’aspect financier s’acquiert facilement une fois qu’on dispose de la liste exhaustive de ce qui rentre dans ce calcul. J’ai détaillé ce point en évoquant les erreurs à éviter lorsqu’on investit dans une location meublée

3- Apprendre à détecter le potentiel d’un bien immobilier

Pour commencer, il faut vous préparer et organiser une veille sur votre secteur. Si vous ne connaissez pas le potentiel locatif de la ville, le prix au m2 moyen de chacun des quartiers que vous avez identifiés comme potentiellement intéressants, vous ne pourrez pas être réactif. Être prêt, c’est souvent la clé d’un investissement locatif réussi. C’est ce qui vous empêchera de vous laisser guider par vos émotions et vous donnera les arguments pour bien négocier. N’oubliez pas que pour vivre de ses loyers, développer le savoir-faire d’un professionnel est indispensable.

Un des moyens que je recommande pour vivre de ses loyers rapidement est de s’intéresser aux biens avec travaux. Comme les travaux rebutent souvent ceux qui achètent un bien immobilier pour l’occuper, la concurrence est moins rude. Vous avez donc, de facto, plus de marge de négociation. Par contre, comme il vous faut générer du cash flow, il est impératif de travailler votre capacité à vous projeter sur :

  • un réagencement des espaces pour donner de la valeur à chaque mètre carré par exemple en limitant les couloirs, en exploitant des combles ;
  • le prix au m2 des travaux ;
  • la durée des travaux.

Bien sûr, des artisans vont vous accompagner. Évidemment, architecte et décorateur seront là pour transformer votre bien en coup de cœur aux yeux de vos locataires. Soyez rassuré, vous ne devez pas acquérir ces compétences-là. En revanche, vous devez développer un regard d’expert pour devenir un professionnel qui sait quand il faut investir ou pas. Savoir vous projeter, être imaginatif, ça s’apprend. Vous avez bien entendu, ce n’est pas un don et c’est une bonne nouvelle, car cela signifie que c’est une compétence que vous pouvez acquérir. Par contre, elle se construit beaucoup sur la pratique et le partage d’expériences.

C’est en la développant que vous vous ouvrez les portes sur une stratégie d’investissement locatif à haut rendement : l’achat d’un immeuble de rapport. Mais pour cela, il faut aussi savoir apprécier par vous-même les travaux de gros œuvre qui peuvent vite plomber complètement la rentabilité de votre investissement et retarder la réalisation de votre rêve d’indépendance financière. 

4- Apprendre à gérer sa fiscalité

C’est un des aspects qui effraient certains investisseurs immobiliers, car il paraît complexe aux premiers abords. Pourtant, il vous sera difficile de faire l’impasse sur la maîtrise des aspects juridiques, fiscaux de vos investissements immobiliers, car l’impôt joue beaucoup sur leur rentabilité.

Avant de vous lancer dans l’immobilier meublé, vous devez savoir si vous achetez en nom propre ou en société.

Si vous avez des travaux à réaliser, il est préférable d’opter pour une SCI à l’IS, car l’imposition est plus stable, même si le LMNP ou LMP offre aussi des avantages. Si vous avez en projet l’acquisition d un bien déjà loué en nue-propriété, vous pouvez le faire si vous avez retenu la SCI à l’IS. Par contre, il est préférable de renoncer si vous êtes en nom propre.

Selon le statut retenu, la fiscalité sur les plus-values jouera sur des montants différents. Or la vente de certaines de vos acquisitions pour faire évoluer votre patrimoine fera partie des étapes que vous devrez franchir. Il est alors préférable que votre régime fiscal ne soit pas pénalisant.

Vous y verrez plus clair avec cet article dans lequel je vous explique, schéma à l’appui, quelle fiscalité choisir entre SCI à l’IS et LMNP quand vous débutez.

5- Connaître les stratégies pour vivre de ses loyers plus vite

Même si vous préférez commencer à votre rythme, connaître les stratégies d’investissements locatifs à haut rendement au plus tôt a ses avantages. Vous allez aiguiser votre regard et développer vos pratiques. Plus votre vision est large, plus les opportunités d’investissement sont identifiables, car vous en connaissez déjà les atouts et les pièges. 

Les biens comportant plusieurs unités locatives font partie de ces stratégies à haut rendement (immeuble de rapport, division, colocation). Le type de location également. La location de courte durée reste un booster de cash flow.

Mais restez clairvoyant. Ce qui doit guider vos choix, ce n’est pas la stratégie dont on parle le plus en ce moment. Intéressez-vous plutôt à celle qui correspondra le mieux à la demande locative du secteur que vous avez ciblé. Car c’est cette stratégie qui vous rapprochera de votre objectif de vivre rapidement de vos loyers.

6- Se former pour gagner du temps et limiter les erreurs

Certes, le chantier peut vous sembler vaste et partir dans de nombreuses directions. Loin de moi l’idée de vous la présenter comme une ballade tranquille, mais le jeu en vaut la chandelle. Mais de la méthode, des plans d’action à dérouler étape par étape peuvent vous faire gagner du temps et de l’argent. Si vous vous sentez prêt à vous lancer, prenez le temps de découvrir comment je peux vous accompagner sur un point précis ou vous partager tous mes conseils de A à Z pour devenir un investisseur immobilier efficace et serein.

Projet de division d’immeuble
Témoignage de Roeum projet de division immeuble de rapport avec Julien Malengo Invest Preneur

J'espère que tu vas bien ? Tu trouveras dans cette vidéo, un exemple de projet de division d'immeuble. Le projet Read more

Exemple de projet maison à diviser

Bon samedi 🙂 Je viens de publier une nouvelle vidéo où je suis avec Vincent, à l'étude de son projet Read more

Garder la tête froide
smartmockups khn87myf - Immobilier Rentable et Indépendance Financière

Oui la fin d'année approche...Tu as peut-être du retarder ton investissement, tes projets..Tu as peut-être trouvé un bien rentable, mais Read more

4 astuces pour maximiser le cashflow d’un investissement immobilier locatif ?
Julien Malengo - Faire exploser le CASHFLOW et décupler la rentabilité

Dans cet article je te donne quelques-unes de mes meilleures astuces pour maximiser le cashflow que tu peux avoir avec Read more

La Revente d’un bien immobilier

L'immobilier offre 3 sources d'enrichissement : - le Cashflow, - Le capital qui se rembourse tout seul, - La plus-value Read more